Origine

 Les langues, un atout pour l’avenir !

Selon l’Education Nationale, « L’amélioration des compétences en langues vivantes des élèves est une priorité car leur maîtrise constitue un atout pour l’avenir. L’apprentissage des langues tient en effet une place fondamentale dans la construction de la citoyenneté, dans l’enrichissement de la personnalité et dans l’ouverture au monde. Il favorise également l’employabilité des jeunes en France et à l’étranger ».

Cependant, jusqu’à ce jour, en France, l’enseignement formel des langues étrangères commençait en 6ième (LV1) et 4ième (LV2) mais une récente réforme de l’éducation nationale prévoit, dès la rentrée 2016, l’introduction de l’apprentissage de l’anglais (LV1) à partir du CP (1h30 par semaine) et de LV2 dès le 5ième.

Mais, un article publié dans le journal Le Monde attire notre attention sur le fait que « les 7-8 ans ont en grande majorité des cours d’anglais qui sont données par des professeurs français qui maitrisent mal l’anglais ».

 Malheureusement, faible niveau des français en langues !

D’ailleurs, le site-web officiel de l’Education Nationale partage des informations très étonnantes et décevantes quant aux compétences linguistiques des élèves français !

  • « La proportion d’élèves français de faible niveau en anglais est plus importante que dans la moyenne de l’ensemble des pays européens. Une enquête internationale a permis pour la première fois en 2011 d’évaluer les compétences en langues vivantes étrangères des jeunes Européens âgés de 14 à 16 ans. Elle montre que les performances en anglais et en espagnol des élèves français n’atteignent pas les exigences formulées dans les programmes. Leur niveau est globalement plus faible que celui de leurs homologues des autres pays. »

(Source : Les compétences en langues des élèves en fin de scolarité obligatoire. Évaluation des acquis des élèves – Note d’information – N° 12.11 – juin 2012)

 Nombreux avantages d’un apprentissage précoce des langues

L’Education Nationale précise sur son site-web officiel que « c’est à l’école maternelle que les élèves forgent leurs premières compétences langagières. À trois, quatre et cinq ans, l’oreille est sensible aux différences de prononciation. C’est aussi à cet âge que se fixe la façon de prononcer et d’articuler, et que les enfants ont le plus de facilité à reproduire des sons nouveaux. Au cours de cette période, les références culturelles, lexicales et phonologiques, qui serviront d’appui à l’apprentissage de la langue, se déterminent naturellement ».

Une langue est un moyen de communication qui n’est en aucun cas une surcharge intellectuelle et de plus n’affecte pas les concepts des matières enseignées.

Notre ambition est, à l’instar de ce qui se passe dans de nombreux pays (pays scandinaves, pays d’Afrique, Inde) où les enfants sont en contact avec plusieurs langues (langue maternelle, nationale, régionale…) dès le plus jeune âge, de favoriser l’apprentissage de trois langues à partir de la maternelle et plus tard, suivant le programme scolaire établit par l’éducation nationale, au sein même des disciplines enseignées.

 Experience personnelle : Mon enfant de 2 ½ ans est déjà trilingue !

Mon investissement dans ce projet repose en partie sur mon expérience personnelle. En Inde, les langues sont enseignées dès la première année de la maternelle. 4e langue dès 10 ans et 5e langue dès 13 ans.

Arrivée en France en tant qu’assistante en langue (anglais), j’ai suivi un cursus de doctorante en sciences de l’éducation au cours duquel est né mon premier enfant. Aujourd’hui, mon enfant est déjà trilingue à l’âge de 2 ans et demi, démontrant ainsi les nombreux avantages d’une immersion totale en langues dès le plus jeune âge.